Archivi tag: Les illuminations

HO ABBRACCIATO L’ALBA D’ESTATE

Ho abbracciato l’alba d’estate.

Niente si muoveva ancora nel fronte dei palazzi. L’acqua era morta. I campi d’ombra non
lasciavano la strada dei boschi. Ho camminato, risvegliando gli aliti vivi e tiepidi, e le
pietre guardarono, e le ali si alzarono senza rumore. La prima impresa fu, nel sentiero
già pieno di freschi e pallidi chiarori, un fiore che mi disse il suo nome.
Risi al wasserfall biondo che si svincolò attraverso gli abeti: dalla cima argentata
riconobbi la dea.
Allora alzai uno ad uno i veli. Nel sentiero, agitando le braccia. Per la piana, dove l’ho
denunciata al gallo. Nella città fuggiva tra i campanili e i duomi, e correndo come un
mendicante sui sagrati di marmo, la cacciavo. In cima alla strada, vicino a un bosco di
alloro, l’ho attorniata coi suoi veli ammassati, e ho sentito un po’ il suo immenso corpo.
L’alba e il bambino caddero in fondo al bosco.
Al risveglio era mezzodì.

 

 

Arthur Rimbaud,

Les Illuminations
Aube

“J’ai embrassé l’aube d’été.
Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte.

Les camps d’ombres ne quittaient pas la route du bois.

J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes , et les
pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleurqui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée jereconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras.

Par la plaine, où je l’aidénoncée au coq. à la grand-ville, elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et, courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi.”